Association pour un vote vérifié par les électeurs à Aulnay-sous-Bois

Comme convenu, la mise sous scellés n’apporte pas de garantie contre les fraudes

jeudi 7 juin 2007 par Hervé Suaudeau

Suite à notre communiqué de presse (6 juin 2007 : Accéder à la mise sous scellés), nous avons enfin pu accéder à la mise sous scellés des ordinateurs de vote à Aulnay-sous-Bois. Le service élection n’avais semble-t-il pas les consignes pour nous faire participer mais le maire à lui-même débloqué les choses constatant notre présence quelque peu forcée.

JPEG - 133.1 ko
Machine telle qu’elle se présenteras le 10 juin à Aulnay-sous-Bois

La séance s’est déroulée sans beaucoup de candidats, seuls Gérard Gaudron (UMP), Xavier Toulgouat (PCF) et Eric Guerineau (LRC), étaient présents. En effet les élus d’opposition avaient déjà soulignés lors du dernier conseil municipal que leur présence ce jour là ne les rendait pas plus capable de vérifier si la protection contre toute fraude est garantie. Cette séance était de notre point de vue intéressante pour son coté pédagogique.

Un huissier était aussi présent. Il n’a nullement apporté une garantie quand à la sincérité du scrutin car il n’a fait que constater que les 13 manipulations prévues ce jour [1] ont été faites sur chaque machine.

Il faut savoir que la loi n’oblige nullement le maire à procéder à cette mise sous scellés en présence de témoins, encore moins à ce que celle-ci se déroule sous le regard d’un huissier. Il faut donc souligner l’ouverture intéressante que le maire à proposé sous notre impulsion en organisant cette séance certes avec un public limité. C’est un tout petit début dans la transparence du processus démocratique qu’il faut reconnaître, mais la route est longue et les progrès bien lents.

Nous avons donc constaté que lorsqu’on insère la carte mémoire dans la machine (appelée urne électronique), si l’on appuyait sur le bouton 1 de la machine, le candidat 1 était sélectionné et que le nom du candidat 1 était prononcé dans le casque audio. Il n’y avais pas vraiment d’autres choses contrôlables et ces petits contrôles ne nous ont aucunement garantis que la voix portée sur le bouton 1 était correctement enregistré. De toutes manières, mêmes quelques tests de scrutins fictifs ne nous auraient pas rassurés car une machine peut très bien être programmée pour ne pas frauder pendant les tests et frauder pendant le vote.

C’est plutôt par les nombreux échanges ouverts avec les personnels de mairie et les élus que nous avons appris les choses suivantes :

Seuls les personnels de mairie font des tests

Il nous à été impossible de faire un scrutin test au motif que ces tests allaient annuler la configuration de la machine. Aucun test n’est non plus autorisé par le président du bureau de vote avant l’ouverture du scrutin. Il n’y a seulement qu’un tiquet qui est émis par la machine ("ticket de configuration") qui s’autodéclare bien configurée.

Les casques audio non plus ne sont pas testés par les présidents de bureaux de vote, et pourtant ces casques contiennent du matériel complexe (lecteur de carte flash, probablement un petit logiciel pour analyser les ordres de la machine et les traduire en une lecture de fichier audio). Ainsi une inversion de noms de candidats ne pourra pas être relevée par les membres du bureau de vote.

Il n’y a pas 1 logiciel mais au moins trois !

Plus personne ne nie maintenant que les machines de vote contiennent un logiciel. Mais ce que nous avons découvert, est que la configuration des machines passe par 3 logiciels.
- Un logiciel dans la machine à voter. Ce logiciel est régulièrement mis à jour par un technicien Nedap et des autocollant signés sont mis sur les boîtiers en guise de scellés. La sincérité de tout le scrutin de la ville repose sur l’honnêteté d’un seul technicien hollandais.
- Un logiciel dans un boîtier nommé UPL (unité de programmation et de lecture) qui sert à programmer les cartes mémoires des machines (urnes numériques). Ce boîtier est couvert par un autocollant signé en guise de scellé. Ce boîtier est gardé dans un placard fermé le reste du temps. Ce placard est accessible par plusieurs personnes du service.
- Un logiciel sur PC sous Windows qui permet de générer des fichiers de configuration de la machine. Ce logiciel est installé sur un PC tout à fait normal sans protection plus spécifique que de couper le réseau. Aucun système de scellés n’est disponible pour vérifier que le logiciel n’a pas été modifié. C’est à mon sens l’endroit de la chaîne ou il y a le plus de façon de frauder. Il y a donc 3 fois plus de failles à exploiter puisqu’il y a 3 logiciels qui interviennent dans la configuration des élections.

Nous apporterons d’autres éclairages lors de notre Conférence-Débat le 7 juin 20h - salle Dumont.

[1] 13 manipulations prévues : Brancher la machine, vérification des scellés, installer l’urne, apposer l’interface, tester chaque touche, tester les casques audio, installer des rouleaux de papier, imprimer un ticket de programmation, nettoyer la machine, fermer les serrures du boîtier de commande, fermer la machine, poser un scellé, mettre les clefs dans une boite.


AulnayCitoyen, ne vous laissez plus voler le contrôle de votre vote
Webcitoyen.com
Recommandé par des Influenceurs
AulnayCitoyen, ne vous laissez plus voler le contrôle de votre vote
Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 33943

Site réalisé avec SPIP 2.1.0 + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSActualité locale   ?

Creative Commons License

P&ampeacute;tition pour le maintien du vote papierActuellement signatures !